Dérive inquiétante à la FCPE

Le Congrès National de la FCPE s’achève. Il confirme l’inquiétante dérive de la FCPE : déni de démocratie tout d’abord et marginalisation idéologique ensuite.

Nous avions avec l’Appel du 2 avril (appeldu2avril.fr), collectif de parents opposé à la ligne anti-laïque et antisociale de la direction actuelle de la FCPE, souhaité déposer une motion générale permettant un débat sur la ligne lors du Congrès National. Cela nous a été refusé au prétexte qu’il n’y a pas « de courants à la FCPE ». Une seule voix, une seule tête donc, malgré la coquetterie d’avoir mis des co-présidents partout pour faire paritaire et moderne. Même le départ du co-Président Rodrigo Arenas, principal responsable de la dérive actuelle la FCPE doit être pris avec circonspection. Son remplacement en catimini par Nageate Belhacen, est la marque d’une triste continuité : verrouillage du débat interne et poursuite de la dérive groupusculaire de la FCPE.

Nous avions dénoncé dans l’Appel du 2 avril, l’incapacité de la direction de la FCPE à se mobiliser pour défendre les enseignants, de Samuel Paty à Didier Lemaire, et le silence accablant de la fédération sur l’affaire Mila. Nous avons eu de nouveaux exemples de cette lâcheté lors du Congrès National. D’abord sur Samuel Paty, à propos duquel la co-présidente de la FCPE, Clara Dugault, a déclaré : « L’atroce assassinat de Samuel Paty a démontré avant toute chose que l’école telle qu’elle est, ne répond plus collectivement à faire vivre la laïcité et des échanges pacifiés dans la communauté éducative ». Pour la direction actuelle de la FCPE, c’est donc l’institution scolaire qui est responsable de l’assassinat de Samuel Paty et non l’islamisme. Ou comment en une seule phrase, renoncer à nommer les ennemis de l’École, de la laïcité et de la République, et renoncer à défendre les enseignants pour au contraire les incriminer

Attitude confirmée dans le discours de Clara Dugault qui s’en est prise ensuite aux « stéréotypes [qui] marquent les pratiques pédagogiques des enseignants » ajoutant que « les préjugés ont la part belle ». Le corps enseignant dans son ensemble est donc encore une fois mis en cause, cette fois-ci pour un hypothétique « racisme systémique ». Pour parachever cette dérive, le discours de la co-Présidente de la FCPE ne suffisait pas : nous n’avons pu malheureusement que constater la présence parmi les rares organisations invitées à prendre la parole durant ce congrès, de l’UNEF, syndicat étudiant maintenant groupusculaire et notamment adepte des réunions en non-mixité raciale. Ce signal politique renforce notre inquiétude : la FCPE est effectivement en train de suivre le chemin de ce qui fut autrefois le principal syndicat étudiant. Perte d’adhérents, contestation stérile du corps enseignant, adhésion à des idées marginales et clivantes : l’UNEFisation de la FCPE est désormais en marche.

En amont du Congrès, de bonnes nouvelles sont pourtant venues du Conseil Départemental de Paris, montrant que cette dérive est résistible. Dans la lignée du national, la direction départementale avait tenté d’imposer de nouveaux statuts actant la caporalisation de la vie démocratique de la FCPE et l’abandon de l’objectif de propagation de l’idéal laïque au profit d’une vague défense de l’égalité des chances impliquant le respect absolu des croyances et des religions de tous. Ce projet de statuts a été heureusement rejeté grâce à la mobilisation d’une majorité des adhérents parisiens.

Ne nous y trompons pas. Le déni de démocratie, la volonté de passer en force n’est donc pas la marque d’une majorité sereine et sûre de ses orientations. C’est le signe d’activistes se sachant structurellement minoritaires et voulant à tout prix conserver le pouvoir face à une majorité de parents démocrates et laïques qui constituent toute la diversité de l’engagement à la FCPE.

Pour faire échec au détournement de la première fédération de parents d’élèves, il faut donc agir : en adhérant et en faisant adhérer en masse à la FCPE dès la rentrée. Ce n’est qu’en pesant collectivement et en gagnant à l’échelon local et national des majorités favorables à une FCPE démocratique, laïque et sociale que nous arriverons à faire échec à cette dégradation de la fédération en groupuscule. Comptez sur les parents signataires de l’Appel du 2 avril pour participer à cet effort de structuration d’une nouvelle ligne pour la FCPE.

Pour être tenu informé des initiatives de la rentrée 2021, n’hésitez pas à laisser vos coordonnées dans le formulaire ci-dessous

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    %d blogueurs aiment cette page :